Et si on parlait Champagne ?

Histoire du Champagne

Ce sont certainement les foires du Moyen Age qui permirent aux viticulteurs de cette région de vendre du champagne … mais celui-ci n’était pas gazeux … Etait-il seulement blanc ? Sûrement pas ! Car les techniques de vinification étaient assez rustiques..

verre  de champagne

Champagne la magie des bulles...

Le pinot noir et pinot meunier devaient très certainement plus ou moins teinter le vin. Avait-on des pressoirs aussi nombreux et proches des vignobles, de telle façon que les baies de raisin très vite pressées n’auraient pas libéré un peu de leur couleur ?

On appréciait déjà les vins gris ou blancs, plus élégants et qui se différenciaient des vins de Bourgogne. Mais les vins étaient encore très colorés.

Au 17ème siècle, ce vin de Champagne n’était pas encore non plus à proprement écrire.. Effervescent, peut-être légèrement perlant selon les années lorsque aux premiers réchauffements du printemps, le vin terminait sa fermentation alcoolique – et encore fallait-il que la maturité des raisins apporte le sucre nécessaire…Se sont les Anglais qui sont les plus friands de ces  » sparkling champagne « . Les vins rouges sont considérés comme boissons pour travailleur de force en quelque sorte.. Les bulles sont donc aristocratiques !

Bien d’autres paramètres permettent d’affirmer que maîtriser la seconde fermentation en bouteille, n’était pas chose aisée. Par exemple : pour quelle résistance à la pression du gaz carbonique produit lors de la deuxième fermentation, une bouteille fabriquée de façon artisanale – avec de nombreuses irrégularités- pouvait-elle résister … sans exploser ? Les nombreux récits d’explosions en chaîne des bouteilles montrent combien bien après le décès de Dom Pérignon et Dom Ruinart, on n’était toujours pas capable de maîtriser cette fameuse effervescence. Et cette fameuse liqueur  » d’expédition ? « , Permettait-elle essentiellement d’améliorer le goût ? Oui mais pas du tout à faire effectuer une seconde fermentation en bouteille.

Au 18ème siècle, on progresse en pressant plus vite le champagne après vendanges, on obtient ainsi des  » gris de plus en plus clairs ou blancs « .

Climat

Mélange de douceur océanique et de rigueur continentale :

Une température annuelle de 10° (En dessous de 9° le raisin ne mûrit pas). Ensoleillement de seulement 1550 h par an, avec des pluies régulièrement réparties sur l’année (670 mm par an). Ce climat difficile avec des gelées de printemps, la différence de température pendant la floraison… et la grêle qui peut venir ruiner la vendange, paradoxalement permet de produire des vins de grande finesse.

Géographie

Situé à cent vingt kilomètres au Nord-Est de Paris, le vignoble champenois est la zone viticole française la plus septentrionale. (49°N). Elle s’étend principalement sur les départements de la Marne 22 600 ha, de l’Aube 5880 ha et de l’Aisne 2040 ha avec de modestes prolongements en Seine-et-Marne 19 ha et dans la Haute-Marne 21 ha.

Le vignoble est délimité par la loi du 22 juillet 1927 de trois appellations d’origine contrôlée : Champagne, Coteau champenois et Rosé des Riceys. L’ensemble du vignoble champenois représente 1/50ème des superficies plantées en France en vigne (de cuve).

On distingue quatre grands secteurs : la Montagne de Reims, la vallée de la Marne, la côte des blancs et son prolongement la côte de Sézanne, et la côte des Bars. Chacune à sa personnalité en fonction de son encépagement, son relief, son exposition.

Géologie

La Champagne est installée sur un socle d’origine sédimentaire.

En effet, à l’aire secondaire et tertiaire, la mer couvrait ce que les géographes appellent le bassin parisien. Le calcaire fabriqué, par les êtres vivants -corail, coquillages …, compressé par le poids de l’eau de mer, s’est entassé pour former pendant des dizaines de milliers d’années des couches sédimentaires  » blanches « .

La densité (solidité) de la craie a permis de l’extraire pour construire les villes gallo-romaines. Les excavations ont été aménagées en caves dans lesquelles à l’abri desquelles dans le secret de cette terre nourricière, à une température de 10 ° environ et à un taux d’hygrométrie idéal moyen de 80%, les Champenois élaborent le fameux champagne. Certaines de ces caves descendent à 40 mètres. Le réseau de galeries dans le sol de Champagne est de plus de 250 kilomètres !

La situation du vignoble est essentiellement en coteau ou à mi-coteau selon une orientation est ou est sud-est. Sur des sols de craie à bélemnites (la meilleure)

Cette situation topographique lui permet d’avoir un bon ensoleillement avec un réchauffement rapide le matin mais aussi être à l’abri des vents d’Ouest dominants.

Ampélographie

Au niveau de l’ampélographie ou l’encépagement de la Champagne, 3 cépages se répartissent les rôles :

  • Le pinot noir, qui règne sur la Montagne de Reims et domine la côte des Bars, qui affectionne les sols secs et légers, constitue 37 % de l’encépagement. Plus précoce, le plus implanté dans les premiers et grands crus, il apporte lors de l’élaboration de la cuvée, le corps, la structure, la matière et la complexité des fruits rouges. Il garantit une longueur en bouche. Il est peu cultivé dans la vallée de la Marne.
  • Le pinot meunier ressemble un peu au pinot noir. Plus rustique que le précédent, il est cultivé pour sa résistance et sa capacité de maturité dans les zones moins propices (gelées de printemps et ou manque d’ensoleillement).. Ce cépage très répandu dans la vallée de la Marne dans l’Aisne et la côte des Bars, occupe-lui aussi 37 % de l’encépagement de la Champagne. Souple, fruité, plus aromatique, ce cépage évolue très rapidement dans le temps et apporte rondeur (du gras) à l’élaboration de la cuvée.
  • Le chardonnay, ce cépage plus tardif que les précédents couvre 26 % du vignoble. Il tire toute sa force et sa race dans la côte des blancs, dans laquelle il est le plus implanté. Il nécessite une plus grande quantité de soleil. Utilisé seul, il se distingue par la dénomination blanche de blancs. Ce cépage apporte finesse, légèreté, élégance, il apporte des notes de fleurs blanches et de minéralité… dans sa jeunesse.

La force du Champagne réside dans le fait que son image est désormais rattachée à la fête et à l’univers du cadeau. Les maisons de Champagne mettent en avant leurs produits non pas comme des vins d’appellation mais comme des marques à part entière.